Les fleurs blanches du jardin


Les fleurs blanches du jardin



Les fleurs blanches du jardin

une nuit
.
Nush-i Jãn

Les nuits.
Comptant et non comptant

Lorsque même l’étoile dort.
Salmãn Harãti

Les fleurs blanches du jardin.
Le mausolée d’Esther et de Mardochée

Sont éveillées.
Siyãssat Nãmeh (Le traité de gouvernement) de Nezãm-ol-Molk

Les nuits.
La ville musulmane

Lorsque sans raison tu pleures.
Réflexion sur le Homãy Nãmeh

Lorsque tu n’exhales pas.
Fin

Le parfum de tes vers.

A travers la fenêtre.

Les fleurs blanches du jardin.

Sont éveillées.

Les nuits.

Lorsque ton cœur se rallie en secret.

A une douleur familière.

Lorsque même la brise.

Ne nous apporte aucun chant.

Depuis la vallée nébuleuse.

Sous ta petite fenêtre.

Les fleurs blanches du jardin somnolent.

Sont éveillées.

Les nuits.

une nuit

Lorsque follement tu chantes.

Et lorsque aucune flamme.

Sauf tes larmes ne brille.

Dans l’étendue de ce paysage.

Dans ce jardin et ce printemps endormis.

Les blanches fleurs sont éveillées.

Les longues nuits sans matin.

Les longues nuits sans espoir.

Les nuits noires figées à leur début.

Les nuits.

Lorsque tu chantes avec amour.

Lorsque sans raison tu pleures.

Lorsque même l’étoile dort.

Les fleurs blanches du jardin.

Sont éveillées.

Et le cœur.

Reste affamé.

De matin clair..

Siãvosh Kasrãi.

Source: Teheran.ir.


نظرات کاربران

82 out of 100 based on 72 user ratings 1222 reviews